Secrétariat technique et inscription: info@intervegas.org     Salva Bertomeu: +346 59 18 9333

INTRODUCTION

Le maintien et la préservation des espaces agraires traditionnels, de leurs agricultures et de leurs paysages sont aujourd’hui menacés par l’agrandissement des superficies artificielles, la fragmentation des espaces agraires par diverses infrastructures, l’abandon de l’activité professionnelle agricole et la perte du patrimoine matériel et immatériel en lien avec l’agriculture. Certains processus de modernisation et d’intensification non durables ont aussi de graves conséquences sur ces espaces: contamination des eaux et des sols, pollution de l’air, sécheresse des zones humides, surexploitation et épuisement des aquifères, perte des connaissances écologiques locales et des pratiques de gouvernance collective et, finalement, diminution de la grande capacité de résilience de nombreux agroécosystèmes.

Ces impacts négatifs jouent un rôle crucial dans la dégradation des territoires, détériorant les relations entre villes et campagnes, favorisant la déconnection entre le milieu rural et urbain, ce qui suppose une perte de l’identité territoriale dans beaucoup d’endroits. La fertilité et la santé des sols, sans être l’unique, constituent l’une des conditions primordiales afin de mener à bien l’accomplissement d’une série de fonctions et d’objectifs environnementaux et sociaux.  Un bon état général des sols est indispensable à l’obtention d’aliments, de biomasse (énergie), de fibre, de fourrage et d’autres produits, et garantie la prestation de services écosystémiques essentiels dans toutes les régions du monde, comme la purification des eaux, la diminution de l’incidence de parasites et de maladies et la régulation des pluies. Les sols vivants et fertiles se sont générés au cours de milliers d’années grâce à des processus lents, complexes et naturels. La conjonction de l’action de l’air, de l’eau et des êtres vivants,  crée un sol organique et riche, et forme ainsi l’un des éléments les plus fondamentaux de l’humanité.

Le sol constitue aussi un élément essentiel du système climatique, étant la seconde réserve de carbone après les océans. La protection des sols, son utilisation de manière durable et les actions de restauration de sa fertilité sont cruciales afin de mitiger le changement climatique et fomenter l'adaptation à ses effets.

Au contraire, les usages non durables des sols, les labours excessifs, l’imperméabilisation des sols fertiles et d’autres actions, dégagent des quantités de CO2 vers l’atmosphère bien supérieures aux émissions d’autres secteurs productifs.

 

OBJECTIFS

L'objectif central du Congrès est mettre en commun les valeurs et les services, que rendent et ont rendus, les sols agricoles traditionnels et lancer un appel social, académique et politique sur l'importance de protéger et maintenir les liens avec les activités agraires pour que l'agriculture et l'élevage puissent se développer tout en garantissant l'intégrité de la base édaphique de tous les territoires, depuis les zones périurbaines jusqu'à celles profondément rurales. L'idée est d'assurer de cette manière une production de proximité ancrée dans le territoire qui permet à la population, urbaine ou rurale, de s'approvisionner en fruits et légumes frais et locaux de qualité, associés au régime méditerranéen, réduisant ainsi les coûts de transport et les émissions de gaz à effets de serre.

Les sols fertiles et de hautes valeurs agroécologiques constituent une ressource stratégique et essentielle pour soutenir les politiques agroalimentaires locales et favoriser l'économie locale ainsi que le maintien des paysages de l'agriculture, où peuvent se développer des activités éducatives et de loisir de plein air.